À propos du Laurier BBQ, première partie

stock

Il y a des nouvelles qui envoient des ondes de choc quand elles arrivent. Celle de la semaine dernière m’a renversé : Gordon Ramsay qui achète le Laurier BBQ!

Il y a des années que je ne suis pas allé manger au Laurier BBQ. J’habite maintenant plus près d’un Au Coq qui est beaucoup, beaucoup moins cher…mais qui n’est pas Le Laurier! J’ai 47 ans et je suis pratiquement certain que c’est le premier restaurant où mes parents m’ont emmené. J’étais probablement trop petit pour manger. C’est la même chose pour mon frère, ma soeur et probablement mon père qui est né un an après la célèbre rôtisserie.

Quand nous étions enfants, si jamais nous avions le malheur de demander du Saint-Hubert, Papa prenait un air scandalisé, embarquait toute la famille dans la Volvo orange popsicle et traversait le pont Victoria de Saint-Lambert à Montréal pour aboutir sur la rue Laurier parce que le seul poulet BBQ digne de ce nom était celui du Laurier. Il y rencontrait toujours un ami d’enfance qui y était généralement avec ses propres enfants.

Si mes grands-parents Gélinas nous y amenaient (je pense que Grand-maman venait y faire parader ses petits-enfants), mon grand-père y rencontrait toujours quelqu’un d’important, généralement un membre du parti Libéral qui un jour, selon lui, serait premier ministre du Canada.

Adolescents, on y allait en gang manger une frite sauce et téter un café pendant une bonne heure, après être allés danser à la Gargouille. Le Laurier a été pour plusieurs jeunes outremontais le lieu d’une première date importante. En tout cas, une date qui demandait plus qu’un souvlaki de chez Arahova.

En bonne famille d’Outremont, nos soirées de salon funéraire (celui au coin de la rue de L’Épée) se finissaient devant une salade Laurier, une poitrine et un moka chaud (le meilleur gâteau de la terre que la serveuse passait quelques secondes au micro-ondes).

Parce que, pour moi, pas question de soupe à l’oignon ou de pâté au poulet. C’était toujours le même menu : une salade Laurier (de l’iceberg, un radis entier, un quartier de tomates et la vinaigrette rouge un peu sucrée), une poitrine avec frites (on mange la peau en premier et l’aile en dernier) et le moka chaud (qui brûlait quelquefois le palais quand on était trop pressé de le manger). Et il y avait le petit bol d’eau chaude avec le morceau de citron, parce que, au Laurier, on pouvait manger notre poulet avec nos doigts.

La dernière fois où j’y suis allé, c’était avec mes parents. Mon père n’a pas cessé de rouspéter tout au long du repas tellement les prix étaient devenus ridicules. Et depuis, je n’y suis plus retourné. Mais à chaque fois que je descends de l’autobus 51 et que je marche devant Le Laurier, je ne peux m’empêcher de regarder dans l’entrée, juste au cas ou un ami d’enfance y attendrait sa place en regardant les affiches.

Le Laurier changera en février. Gordon y fera des changements. Mais je lui interdis de toucher à la salade Laurier et son radis. Il est mieux de se préparer s’il pense qu’il peut changer la sauce du poulet et surtout, surtout, qu’il se procure des gardes du corps s’il contemple, ne serait-ce qu’une seconde, l’idée de se débarrasser du gâteau moka. Parce que même si c’est trop cher, il n’y aura toujours que le Laurier BBQ et il y a des sacrilèges que l’on ne commet pas.

8 thoughts on “À propos du Laurier BBQ, première partie

  1. Nos fréquentations se sont faites au Laurier, nous y avons amené Philippe dans sont couffin à 11 hrs le soir pour calmer une petite faim. On y rencontrait les copains et nous y allions une fois par semaine, le Laurier était un incontournable.

  2. Je ne peux concevoir que nous ne pourrons plus déguster leur fameuse sauce BBQue. Si vous avec la recette, s’il vous plaît, me la communiquer. Merci!

  3. La première fois que je suis allée au Laurier, c’est mon père qui nous a fait la surprise il y a de cela 50 ans. Et depuis aucune autre rôtisserie n’a été capable de rivaliser. Sa sauce barbeque est à mon goût extraordinaire. J’aimerais bien en avoir la recette.

    Lise

  4. Le Laurier me manque a moi aussi. La salade Laurier avec sa succulente vinaigrette, son poulet juteux avec frite et bien sur le MOKA et la gateau aux carottes. Si vous avez les recettes; je suis très intéressée.

  5. Écoutez moi-aussi je n’ai que de bon souvenir du Laurier BBQ, si jamais vous avez la recette de la sauce BBQ je serais très intéressé, car je pourrai me rappeler la rue Laurier. Merci !

Comments are closed.